jeudi 27 février 2014

Tibet, Pays des Neiges, Pays des Livres

Le Tibet, souvent surnommé "le Pays des Neiges", était aussi le pays des livres. 
Ceux-ci étaient fabriqués soit simplement par copie, soit par la technique de la xylographie : le texte était taillé au ciseau à bois en négatif sur les planchettes que l'on encrait. Le papier était  imprégné d'insecticide, et chaque livre était enveloppé dans un carré de coton. Les pages, de format allongé, étaient serrées entre deux planchettes parfois admirablement sculptées. Certains centres, comme Der-ge, étaient des hauts-lieux de l'impression des livres et comportaient de vastes entrepôts où étaient conservées les planchettes.
Les grands monastères abritaient des collections immenses : on dit que quand les Chinois ont brûlé la bibliothèque du Jo-khang de Lhassa, le feu a duré trois jours. Certaines de ces bibliothèques étaient millénaires, et Sarat Chandra Das a rapporté de ses voyages des chefs-d'œuvre de littérature sanskrite oubliés en Inde. Les destructions chinoises - durant la Révolution culturelle, mais pas seulement -, ont été une perte culturelle énorme non seulement pour le Tibet, mais aussi pour l'Inde. 


 Une bibliothèque tibétaine
(Photo Bernard Grandjean, tous droits réservés)


 Le bureau du copiste (Institut de Tibétologie de Gangtok, Sikkim, 1979)
(Photo Bernard Grandjean, tous droits réservés)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pas de ça Lisette !

Pas de ça Lisette !   Ma mère, qui était née en 1914, employait volontiers cette expression française ancienne, destinée à mettre en garde o...