vendredi 18 mars 2016

"Aussi nue que la Diane du dessin"...

" Aussi nue que la Diane du dessin, Luise s’allongea sur le canapé et s’appliqua à en reproduire l’attitude exacte : allongée de trois quart face à Hans-Martin, la jambe gauche dépliée, la droite légèrement fléchie, la main droite reposant sur sa hanche, la tête appuyée contre sa main gauche.

-  Est-ce bien ainsi que vous m’avez imaginée ? murmura-t-elle.

-  Luise, vous êtes enchanteresse, mon rêve est devenu réalité…

Le regard rivé sur elle, Hans-Martin s’abandonna dans sa contemplation."

Extrait de "La Demoiselle de Rosling" de Bernard Grandjean, aux Éditions du 38.

François Boucher - Diane endormie.
 Version numérique ou version papier :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quel empoté !

— Quel empoté vous faites, mon pauvre ami ! Cherchez au-dessus de ma chemise, pas en dessous ! Vous n’avez donc point d’épouse ? — N...