mercredi 22 janvier 2020

Kangchenjunga

"Après une longue séance de pleurs et de lamentations, il la prend gentiment par les épaules et l’emmène sur la terrasse, face au Kangchenjunga :
— Tu vois cette montagne ?
— Il faudrait être aveugle pour ne pas la voir, renifle-t-elle.
— Eh bien, le Tibet est juste derrière !"

 
Extrait de "Moi, Das, espion au Tibet".
 

Illustration: Nichola Rœrich,  vue du Kangchenjunga, 1944.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une affaire ténébreuse...

La "comtesse des Ténèbres" est l'une des grandes énigmes de l'Histoire française. La femme, toujours voilée, protégée pa...