jeudi 30 juin 2022

Scène d'été...

Cette gravure de 1784 montre une jolie fille nommée Musidora, sommeillant au bord de l’eau par une chaude fin d’après-midi d’été. La gravur
e présente en pied quelques vers tirés d’un poème publié en 1727, "Les quatre saisons : l’été", de James Thomson (poète écossais, 1700-1748). Il raconte l’histoire d’un terrible drame de conscience : un jeune homme aperçoit sans le vouloir Musidora qui se baigne nue. Il est alors partagé entre son désir de la contempler et le besoin moral qu'il éprouve de devoir détourner le regard. Cornélien, non ?
Le personnage de Musidora connut un succès considérable, et fut repris par la suite par de nombreux célèbres peintres et poètes. En Grande-Bretagne, on la qualifia même de Vénus nationale de substitution !
Le succès de la belle Musidora dépassa le cadre britannique : en 1838, son nom apparaît comme celui d’un personnage du roman de Théophile Gautier, Fortunio. Elle y est dite "la belle aux yeux vert de mer"…
Le peintre anglais William Etty (1787-1849) a réalisé à partir de 1843 une série de quatre toiles à peu près identiques, montrant Musidora se baignant dans le plus simple appareil (le titre complet est : "Musidora : la baigneuse alarmée par la caresse du vent ")…
Le nom Musidora a été repris plus tard par une vedette française du cinéma muet, Jeanne Roques (1889-1957), qui l’avait découvert dans le roman de Théophile Gautier. Musidora joua dans des film célèbres, Les vampires (1915) et Judex (1916) de Louis Feuillade. Dans Les Vampires, son personnage se nomme Irma Vep, l’anagramme de vampire !
En Grande-Bretagne, il faudra attendre longtemps avant que Musidora ne cède la vedette, en matière de jolies filles nue, à une jeune rivale, Lady Godiva, appelée elle-ausi à un bel avenir. …
 



 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une affaire ténébreuse...

La "comtesse des Ténèbres" est l'une des grandes énigmes de l'Histoire française. La femme, toujours voilée, protégée pa...