mardi 18 octobre 2022

Le beau Lugeac...

Parmi les personnages baroques d’un siècle au moins partiellement baroque, il convient de citer Charles Antoine de Guérin, marquis de Lugeac (1720-1782), dit le Beau Lugeac, surnom que lui attribua Voltaire. Le jeune homme, favori du roi Louis XV, proche de la Pompadour et coqueluche de ces dames, était un grand militaire et un grand séducteur.

Il participa à la bataille de Raucoux, le 11 octobre 1746. Voltaire rapporte même que les dames « se firent apporter des sièges sur un bastion de la ville de Liège pour jouir du spectacle ». Lugeac y fut blessé au visage d’un coup de mousquet autrichien : il eut les joues transpercées et perdit un morceau de langue dans l’affaire. 

Le marquis d’Ayen (1713-1793, duc de Noailles), qui jalousait le beau Lugeac, se réjouit de cette perte. S’adressant à plusieurs dames de la Cour, il déclara avec une joie mauvaise que Lugeac ne saurait plus leur tenir à l’avenir de longs discours sur leur beauté… Voilà qui est fort bien, répondit l’une, ce ne sera qu’un préambule de moins !

Ci-dessous, un portrait de Louis de Noailles trouvé sur internet (collections du château de Versailles) ; on peut comprendre que physiquement, il ne devait pas être en mesure de rivaliser avec le Beau Lugeac, même si je n’ai pas trouvé sur internet de portrait de ce dernier…

Ci-dessous également une scène de la bataille de Raucoux, par Pierre L’Enfant (1704-1787).

 



 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pas de ça Lisette !

Pas de ça Lisette !   Ma mère, qui était née en 1914, employait volontiers cette expression française ancienne, destinée à mettre en garde o...