mercredi 18 octobre 2023

Le bel Endymion...

La mythologie nous a transmis plusieurs versions du mythe d’Endymion, mais elles sont toutes d’accord sur un point : le jeune homme était très beau. Les peintres du XVIIIe siècle en ont fait grand usage.

L’une des versions antiques du mythe rapporte que le berger Endymion était si beau que la déesse Séléné (la forme lunaire de Diane) en tomba follement amoureuse. Mais la jeunesse de Diane était éternelle, et le berger n’était qu’un simple mortel. Aussi demanda-t-elle à Zeus son père de conférer à Endymion une éternelle jeunesse. Zeus accepta ; mais, en dieu cruel, aidé par Hypnos, il plongea le beau jeune homme dans un sommeil éternel au cours duquel il ne vieillirait pas… C’est cette version qu’illustre la toile de Francesco Trevisani (1656–1746) ; on y voit Diane, drapée de rouge, baiser le front de son amant endormi.

Une autre version du mythe affirme qu’Endymion avait offensé Junon, qui le plongea en punition dans un sommeil de trente ans, pendant lesquelles il ne vieillirait pas. Mais Diane le découvre et succombe à sa beauté, allant même jusqu’à lui sacrifier sa virginité. Dans le sombre tableau de Girodet (1793 - Musée du Louvre), Diane n’apparaît que sous sa forme lunaire (Séléné), un rayon de lune qui se pose sur le corps d’Endymion.

Une troisième version du mythe est illustrée par une toile de Fragonard, peinte vers 1753-56, conservée par la National Gallery of Art de Washington. On y voit Diane, drapée de bleu sur un fond bleuté de croissant de lune, endormir elle-même le bel Endymion pour l’éternité ; un moyen radical pour que le trop beau jeune homme n’aille pas voir ailleurs ?

Quoi qu’il en soit, ces versions ont un point commun, le rêve fou de la jeunesse et de l’amour éternel. Pour certains, Endymion symbolise également l’espoir d’une vie après la mort. On comprend aisément pourquoi les mythes antiques ont la vie dure…

 




 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Mlle de Beauvoisin, suite et fin...

Les Mémoires secrets des inspecteurs de M. de Sartines indiquent à la date du 22 novembre 1784 : "Il est mort il y...