dimanche 13 novembre 2022

Et si on jouait à la poupée ?

Depuis l’aube des temps, les enfants ont joué à la poupée ; un jouet très en vogue au XVIIIe siècle, mais qui n’était pas destinée qu’à l’amusement des petites filles. En voici trois usages très différents :
D’abord le plus classiques : trois filles, qui ont tenu à être représentées par la peintre avec leur poupée préférée. L’une avec ce joli ruban bleu dans les cheveux, a été peinte par Jean-Étienne Liotard. C’est une œuvre très connue ; on peut même la trouver sur internet… en papier peint ! Une autre, d’un milieu plus modeste et à l’aire triste, est un portrait de Greuze. On la croirait en train de donner à boire à sa poupée... La troisième, un peu plus âgée, est une anglaise du nom d’Isabella, une orpheline dont on connait assez bien l’histoire.
Passons à un autre usage : le business ! L’élégante dame dans sa jolie boite de bois sombre vitrée, d’origine anglaise, date de 1740. Elle porte deux jupons sous sa robe à paniers, ainsi que des chaussures en métal ; elle a conservé ses boucles d’oreille en perles et sa montre. La robe de soie paraît curieuse, avec ces différentes couleurs ; c’est sans doute qu’elle a été faite avec des chute de tissu. Car cette poupée n’était a priori pas faite pour que les fillettes puissent jouer avec (ce qui explique son parfait état de conservation). C’était d’abord un objet publicitaire, destiné à présenter la dernière mode jusque dans les contrées les plus lointaines...
Enfin, un troisième usage, plus surprenant : l’éducation sexuelle ! Cette poupée, datant du règne de Louis XVI, haute de 36 cm, offre une dérangeante précision anatomique. Elle était en fait destinée à assurer l’éducation sexuelle des enfants royaux ! La plupart de ces poupée dites éducatives, assez répandues semble-t-il au XVIIIe siècle au sein de l’aristocratie, ont été perdues ou détruites à la Révolution. Celle-ci a été vendue à Lyon en 2017 à un collectionneur français pour la somme de 16 000 Euros.
 






 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une affaire ténébreuse...

La "comtesse des Ténèbres" est l'une des grandes énigmes de l'Histoire française. La femme, toujours voilée, protégée pa...