dimanche 30 septembre 2018

Expression...

Dans le cadre de mes lectures pour une suite éventuelle à la "Demoiselle de Rosling", je tombe sur cette manière amusante de s'exprimer, au XVIIIe siècle, pour dire que l'on n'apprécie guère quelqu'un: 
J'aime beaucoup ses talons !




https://www.amazon.fr/demoiselle-Rosling-Bernard-Grandjean-ebook/dp/B01MY7A8DZ/ref=tmm_kin_swatch_0?_encoding=UTF8&qid=1455113932&sr=1-2 

lundi 24 septembre 2018

Archéologie


Les étés secs, comme celui que nous venons de vivre, sont un bonheur pour les archéologues…

"Jacques Schmidt abandonna ces réflexions pour se replonger, loupe en main, dans l’étude des vieilles photos aériennes de la commune de Zhernheim, qu’il s’était procuré quelques semaines plus tôt. Prises à la fin du célèbre été de la sécheresse de 1976, elles étaient une véritable mine d’or pour un archéologue..."

Extrait de Meurtre au moulin de la Zhern, par Bernard Grandjean


Photo : établissement gallo-romain à Ouzouer-le-Marché (Beauce) - source GRAHS.

dimanche 23 septembre 2018

Vinaigre...

Comme tous ses contemporains, la demoiselle de Rosling utilisait volontiers, pour toutes sortes de maux, le "vinaigre des quatre voleurs".
Le « vinaigre des quatre voleurs », inventé en France (Toulouse ou Marseille) entre le XIVe et le XVIIe siècle, était appelé ainsi car lors d’une épidémie de peste, les détrousseurs de cadavres qui l’utilisaient ne furent semble-t-il pas touchés par le mal. 
Cet antiseptique était très en vogue au XVIIIe siècle. Hans Ottokar Reichard, dans ses célèbres conseils aux voyageurs de 1793, recommande d’en avoir toujours une fiole dans ses bagages. Bachaumont le cite également dans ses Mémoires secrets pour servir à l'histoire de la République des Lettres en France depuis 1762 jusqu'à nos jours (1787). Ce vinaigre aux aromates (la recette est variable) est toujours utilisé de nos jours, fabriqué soit en famille (on trouve des recettes sur internet) soit par des officines généralement spécialisées dans les produits bio !








dimanche 16 septembre 2018

Tibet et chocolat !


On me demande régulièrement comment j’ai été amené à  m’intéresser au Tibet, au point d’en faire le centre de mon activité de romancier. 
Parmi les éléments de réponse, je place très haut la célèbre (du moins en France) petite fille du chocolat meunier. En 1956 (j’avais10 ans) on trouvait dans chaque tablette une image à coller dans un grand livre (que j’ai précieusement gardé), « Le tour du monde en 120 images ». La petite Jacqueline visitait le Tibet, auquel le livre consacre 3 pages et 3 images, avec description des gens, d’une fête de monastère, etc. Ce passage m’a marqué, et j’aurais donné cher pour être du voyage ! À noter que le Tibet, État encore indépendant, n’est pas traité avec la Chine, mais avec l’Inde, ce qui est également exact au plan culturel.





mardi 11 septembre 2018

Opération portes-ouvertes

Comment s'étonner que le XVIIIe siècle ait eu un goût immodéré pour les portes à deux battants ? 



Photo National Museums Scotland

jeudi 6 septembre 2018

Parlons couture...

« Elle portait une robe magnifique, d’un vert sombre, piquetée de petits nœuds de ruban argent sur la pièce d’estomac. »
                                                                     Extrait de La demoiselle de Rosling, aux Éditions du 38.
 

La "pièce d'estomac", triangle d'étoffe orné de ruban, broderies, perles etc., était mobile et pouvait être cousue sur des robes différentes. Mais la dame avait intérêt à choisir une servante pas trop maladroite !


dimanche 2 septembre 2018

S'il était rose...

S'il était rose, ne le prendrait-on pas pour un vrai ? (putti de la fontaine - à sec cet été - de l'orangerie de l'"Eremitage" de la Margravine de Bayreuth). Le demoiselle de Rosling l'adorerait !


Alerte enlèvement !

"(…) elle ne fit pas attention à la voiture arrêtée à hauteur de la boutique, ni aux deux hommes campés devant. Elle ne comprit pas ce ...