mercredi 31 juillet 2019

C'est l'été !

C'est l'été, et la demoiselle de Rosling prend quelques vacances dans sa belle Bavière natale...

Nicolas Lancret - Lété ou la danse, 1738
Et si vous cherchez de bonnes lectures d'été en français, c'est ici :
https://www.amazon.fr/l/B004N1ZGEC?_encoding=UTF8&redirectedFromKindleDbs=true&ref_=dp_byline_cont_ebooks_1&rfkd=1&shoppingPortalEnabled=true

lundi 22 juillet 2019

Pavés et rues boueuses...

Certes, au XVIIIe siècle, une grande partie de la population féminine d'Europe portait des sabots... quand elle n'allait pas pieds-nus ! Mais je me suis souvent demandé comment les femmes élégantes, portant des escarpins à la mode avec leurs talons bizarres, faisaient pour marcher sur les pavés et les rues boueuses de l'époque. Jusqu'à ce que je découvre par hasard ce sabot étrange, muni d'une forte semelle de cuir, que l'on pouvait attacher à la chaussure. Je ne sais pas si cette sur-chaussure, qui permettait de marcher à plat et de protéger les escarpins, était d'usage courant (l'exemple en photo est britannique), mais elle était ingénieuse ! Je suis sûr que la demoiselle de Rosling en possédait dans ses placards !


jeudi 18 juillet 2019

Caterina Sagredo Barbarigo

Caterina Sagredo Barbarigo est une aristocrate vénitienne du XVIIIe siècle célèbre pour son intelligence, sa culture, sa beauté et ses voyages. Elle tenait à Venise un salon très couru, ainsi qu’un casino, ce qui lui valut de sérieux ennuis avec le Clergé, puisque les casinos étaient des lieux où hommes et femmes se côtoyaient librement. L’Inquisition obtiendra la fermeture du casino en 1747.
Cette femme étonnante posa à plusieurs reprises pour une autre vénitienne étonnante, la pastelliste Rosalba Carriera.
Caterina Sagredo Barbarigo se maria deux fois, et eut une fille de son second mariage, Contarina Barbarigo. Cette fille avait les qualités de sa mère, et son mode de vie libre fit que l’Inquisition la condamna en 1783 à vivre confinée dans sa propre maison jusqu’à sa mort en 1804…
Ci-dessous : Caterina Sagredo Barbarigo par Rosalba Carriera, et un autre portrait en Bérénice. 



mercredi 10 juillet 2019

Promenade dangereuse...

"Après une vingtaine de minutes de ballade, elle retrouva la route goudronnée. Estimant qu’elle avait suffisamment récupéré d’énergie elle décida de rentrer à la villa. Alors que la route semblait déserte, elle entendit soudain un bruit de moteur derrière elle…"
Extrait de Le Testament de la comtesse des Ténèbres, de Bernard Grandjean, aux Éditions du 38.

 https://www.amazon.fr/testament-Comtesse-T%C3%A9n%C3%A8bres-rue-Polar-ebook/dp/B07SJV524T/ref=as_li_ss_tl?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&keywords=bernard+grandjean&qid=1559677487&s=gateway&sr=8-6&linkCode=sl1&tag=solysbook-21&linkId=db79446f9890ee3456f51e2710895d63&language=fr_FR


Petites routes et chemins de promenade à Baden Baden (photos de l'auteur)

jeudi 4 juillet 2019

Escarpins

"Ses escarpins, d’un vert assorti, étaient en soie..."
Extrait de "La demoiselle de Rosling", aux Éditions du 38.

Alerte enlèvement !

"(…) elle ne fit pas attention à la voiture arrêtée à hauteur de la boutique, ni aux deux hommes campés devant. Elle ne comprit pas ce ...