mercredi 8 août 2018

lundi 6 août 2018

Sur un banc ombragé

« Avant de continuer leur promenade, ils se reposèrent un moment sur un banc ombragé par les aulnes de la berge, à contempler les roseaux et les nénuphars. »
Extrait de « La demoiselle de Rosling », Éditions du 38. 


Jean-Frédéric Schall (Strasbourg 1752-Paris 1825)

samedi 4 août 2018

Stupas

"Une fois en haut, il ne se dirigea pas directement vers la maison ; en faisant ainsi, il aurait violé la règle qui veut qu’un stupa se contourne par la gauche."

Photo de Rinchen Dorjee, Photography Club of Sikkim : stupas au monastère de Tashiding.

lundi 30 juillet 2018

Chaleur !

« Elle tira sa chemise vers le haut, mais il arrêta son geste :
— Luise, je vous en prie, il n’est pas nécessaire que vous fassiez cela ! Sauf bien sûr si vous m’aimiez…  »


Extrait de « La demoiselle de Rosling », aux Éditions du 38.


 Fragonard, la chemise enlevée.

Pour connaître la suite de cette scène torride, c'est ici :

dimanche 29 juillet 2018

mercredi 18 juillet 2018

Que devient Luise ?

Mon éditrice préférée vient de me faire parvenir les chiffres de ventes trimestriels de mes livres. Bien entendu, je ne vous les dirai pas (un auteur ne dis jamais ça), surtout pour ne pas faire de jaloux parmi mes camarades. Je constate que la demoiselle de Rosling se porte comme un charme. À ce propos, que devient-elle ? me demanderas-tu, lecteur curieux. Où passe-t-elle ce torride mois de juillets ? Comme elle doit souffrir, avec ces lourdes robes et toutes ces épaisseurs de jupons ! Je vous répondrai que je l'ignore, que je n'ai pas de nouvelles, pas même une carte postale. Je sais juste qu'elle est partie se mettre au frais à la campagne avec une copine ; "une sienne amie", comme elle dirait.

Les Espiègles, Jean-Frédéric Schall

vendredi 13 juillet 2018

La fille et ses deux Apso...

"D’ici quelques années, se dit-il, il faudrait qu’il pense à marier sa jeune nièce. Mais rien ne pressait, Tséring n’avait que seize ans. Il abordait parfois avec elle le sujet du mariage, mais elle coupait court à la conversation, en affirmant qu’elle ne voulait avoir que trois êtres dans sa vie, les trois seuls qui ne la décevraient jamais : son oncle Tenzin Mingour et les deux Apso." 
                                                                           
Extrait du "Talisman tibétain", de Bernard Grandjean, aux Éditions du 38. 

 
Photo: Yeshe Tsogyal, jeune fille tibétaine et ses deux chiens Apso.

 Pour retrouver le roman (version électronique), c'est ici :
https://www.amazon.fr/talisman-tib%C3%A9tain-Crimes-Himalaya-ebook/dp/B075LLQV4L/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1505548475&sr=1-1&keywords=le+talisman+tib%C3%A9tain

La version papier est là :
https://www.amazon.fr/Talisman-tib%C3%A9tain-Crimes-Himalaya/dp/2374534898/ref=tmm_pap_swatch_0?_encoding=UTF8&qid=1505548475&sr=1-1

Lectures d'été (suite)

Six titres (en numérique) en promotions d'été, dont le Talisman tibétain ! Allez voir ça sur la page des Éditions du 38 ! https://...