dimanche 6 avril 2014

Une amitié mortelle...

Sarat Chandra Das parvint à se rendre deux fois au Tibet, à une époque où cela était un pur exploit, à l'invitation d'un grand lama "réincarné" (Tulku) du monastère de Tashulhunpo près de Gyantsé. 
De son vrai nom Lobsang Palden Chöpel, plus connu à l'Ouest sous le nom de Sengchen (en tibétain, "lion"), ce lama était né à Dongtsé et était allié à la puissante famille Phala. Il était progressiste et souhaitait lier des contacts avec les Britanniques, d'où son invitation à Das, avec lequel il comptait apprendre l'anglais et le hindi. Lorsqu'à Lhassa, le Régent  aura la preuve que Das était bien un espion des Anglais, le lama sera exécuté et sa lignée de réincarnation abolie. Toute la famille des Phala subira un sort atroce.
En dépit de cela, une réincarnation de Sengchen Tulku apparait chez les Mongols Turgut, reconnue en 1887 par les plus hautes autorités bouddhique de Mongolie (le Jebtsun Khutukhtu). Cette réincarnation sera éduquée ... à Tashilhunpo, montrant par là que l'exécution de Sengchen Tulku s'inscrivait certes dans le cadre d'une rivalité féroce entre anciens et modernes, mais aussi de la rivalité entre les Dalaï lamas de Lhassa et les Panchen lamas de Tashilhunpo. 
Le successeur de cette réincarnation mongole, Lobsang Gyatsen, fut quant à lui bien utile aux Chinois : il fit cause commune avec eux et devint membre du Parti communiste, maire de la ville de Lhassa en 196-97. Décédé il y a peu de temps, il passa sa vie à dire du mal de l'actuel Dalaï lama...
 
Portrait de Sengchen Tulku (origine inconnue)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pas de ça Lisette !

Pas de ça Lisette !   Ma mère, qui était née en 1914, employait volontiers cette expression française ancienne, destinée à mettre en garde o...